MAISON CENTRALE DE CLAIRVAUX
(Aube)

La MAISON CENTRALE DE CLAIRVAUX située à environ 15 kilomètres de BAR-SUR-AUBE abrita son lot de communistes et autres responsables de gauche que leur activité mettait sous le feu des projecteurs ou dont la délation -courante en ces temps troublés- avait provoqué l'arrestation.

Les bâtiments monastiques de la célèbre abbaye transformée en prison furent le lieu de détention de 1117 personnes en 1941, 332 en 1942, 147 en 1943 et 150 en mai 1944.

Ces détenus relevaient -tout au moins en ce qui concerne certains d'entre eux- de la compétence du Commissariat Spécial de TROYES.

La Centrale de CLAIRVAUX sera aussi le lieu de détention de Juifs et l'on sait, par exemple, que le convoi n° 36 du 23 septembre 1942 quitta LE BOURGET-DRANCY avec 1037 Juifs dont 53 en provenance de CLAIRVAUX.

La lettre du 4 juin 1941 présentée ci-après est intéressante en ce sens que son auteur, un cheminot, fait état de la délation dont il a été victime et qu'il affirme n'avoir jamais appartenu au parti communiste ni exercé aucune responsabilité syndicale.

Il précise par ailleurs que les visites sont autorisées mais qu'il ne peut envoyer qu'une lettre par semaine. Le courrier venant de l'extérieur n'est pas contingenté. Il évoque aussi une éventuelle libération ou le transfert dans un camp.

Lettre d'un détenu postée à TROYES (Aube) le 4-6-1941
à destination de JUVISY (Seine-et-Oise).

Verso

Mise jour
09/11/2006